Quel bilan pour la PFUE ?

Laurence Boone

SecrĂ©taire d’État auprĂšs de la ministre de l’Europe et des affaires Ă©trangĂšres, chargĂ©e de l’Europe

La PrĂ©sidence française de l’Union europĂ©enne (PFUE) a Ă©tĂ© unanimement saluĂ©e dans les sphĂšres europĂ©ennes. MalgrĂ© le bouleversement provoquĂ© par la guerre en Ukraine, la France est parvenue Ă  remplir l’ambitieux programme de travail qu’elle s’était fixĂ©e. Face Ă  un conflit inĂ©dit, les EuropĂ©ens ont d’abord rĂ©ussi Ă  apporter une rĂ©ponse unie, ferme et solidaire.ie, ferme et solidaire. Nous avons fourni des mesures de soutien Ă  l’Ukraine sur le plan budgĂ©taire, humanitaire, militaire. Nous avons Ă©galement infligĂ© des sanctions massives Ă  la Russie, avec huit paquets de sanctions inĂ©dits. Nous avons aussi fait preuve de solidaritĂ© en accueillant des centaines de milliers de rĂ©fugiĂ©s et en activant notamment la protection temporaire pour leur permettre un accĂšs rapide et protecteur au sein de l’Union europĂ©enne (UE).

En parallĂšle, l’agenda de souverainetĂ© que nous portons depuis le Discours de la Sorbonne du PrĂ©sident de la RĂ©publique a connu des progrĂšs significatifs dans de nombreux domaines majeurs. Nous avons su avancer de façon dĂ©cisive, en dĂ©bloquant des accords qui Ă©taient encore parfois inenvisageables il y a quelques mois. Prenons quelques exemples: sur le volet climatique, avec la taxe carbone aux frontiĂšres ; sur le volet numĂ©rique, avec en particulier les textes fondamentaux du «Digital Services Act » (DSA) et du «Digital Markets Act» (DMA); sur le volet social, avec la rĂ©forme sur le salaire minimum en Europe, ou encore sur la question de l’égalitĂ© femmes-hommes dans le monde des entreprises.

Pourtant, je dirais que la force de la PrĂ©sidence française est plus fondamentalement d’avoir cristallisĂ© une rupture durable dans la maniĂšre dont l’Union europĂ©enne se rapporte au monde. Historiquement, l’Union s’est construite en concentrant son action sur le dĂ©veloppement du marchĂ© intĂ©rieur. Le nouveau contexte gĂ©opolitique, marquĂ© par la guerre en Ukraine, la compĂ©tition systĂ©mique avec la Chine ou les vellĂ©itĂ©s agressives de multiples puissances rĂ©gionales, la force Ă  dĂ©finitivement rompre avec cette reprĂ©sentation du monde. Le constat s’impose dĂ©sormais d’une continuitĂ© et mĂȘme d’un entrelacement entre, d’une part, les lignes politiques dĂ©cidĂ©es au sein de l’Union et, d’autre part, le monde qui l’entoure. De nombreuses avancĂ©es, obtenues sous la PFUE, en tĂ©moignent : le paquet climat, la lĂ©gislation dans le domaine du numĂ©rique, les instruments commerciaux ou les mesures prises dans le domaine de la dĂ©fense et de l’énergie suite Ă  l’agression russe en Ukraine.

Ainsi, l’agenda de souverainetĂ©, qui fut au cƓur de la PrĂ©sidence française, a pour consĂ©quence de rebattre les cartes de l’interaction de l’Europe avec le reste du monde. Cela se traduit de quatre maniĂšres au moins, toutes pouvant ĂȘtre illustrĂ©es par de grands acquis structurants de la PFUE.

  • PremiĂšrement, l’affirmation de l’Europe comme une puissance rĂ©gionale solide, en interaction avec les autres rĂ©gions du monde. Notre souverainetĂ© europĂ©enne, loin d’ĂȘtre un isolationnisme, inclut dans son principe une vision globale des enjeux et une lecture de l’insertion de l’Union dans le monde. La stratĂ©gie indopacifique en est une illustration directe, la boussole stratĂ©gique aussi.

 

  • DeuxiĂšmement, la dĂ©finition de politiques europĂ©ennes dĂ©sormais pleinement intĂ©grĂ©es aux enjeux mondiaux, par rapport auxquels il importe plus que jamais de rĂ©agir en tant qu’Union. L’accord au Conseil sur l’instrument de lutte contre la dĂ©forestation importĂ©e, l’adoption de l’instrument de rĂ©ciprocitĂ© dans les marchĂ©s publics, l’engagement sur les clauses miroirs, ou bien sĂ»r la taxe carbone aux frontiĂšres constituent ainsi la rĂ©ponse de l’Europe aux politiques de pays tiers incompatibles avec ses objectifs sociaux, environnementaux ou d’égalitĂ© des conditions de concurrence.

 

  • TroisiĂšmement, l’ambition de dĂ©finir des normes europĂ©ennes qui pourront servir d’étalon sur la scĂšne internationale. L’agenda numĂ©rique, la taxonomie, les normes de durabilitĂ© des entreprises, ou encore le paquet climat: ce que dĂ©cide l’Union a des effets externes vis-Ă -vis des pays tiers, cela crĂ©e des entraĂźnements et des dynamiques ou des frictions, souvent les deux selon les catĂ©gories de pays.

 

  • QuatriĂšmement, garantir une autonomie stratĂ©gique de l’Union et, partant, une interaction cohĂ©rente et apaisĂ©e avec nos partenaires extĂ©rieurs. Cette nouvelle donne europĂ©enne, entre puissance et souverainetĂ© d’un cĂŽtĂ©, projection globale de l’autre, n’est pas un phĂ©nomĂšne transitoire. C’est une tendance de fond que la PFUE a permis d’ancrer et qui remodĂšle le rapport de l’Europe avec les pays tiers. Au fur et Ă  mesure que l’Union europĂ©enne s’affirme, les relations bilatĂ©rales que la France entretient s’inscrivent de plus en plus dans un horizon europĂ©en. DĂ©sormais, lorsque l’on Ă©voque les enjeux numĂ©riques Ă  titre bilatĂ©ral avec l’administration amĂ©ricaine, on ne peut le faire que dans un environnement puissamment remodelĂ© par le DMA et le DSA. Lorsqu’on Ă©change sur la prĂ©servation de la biodiversitĂ© et sur le climat avec le BrĂ©sil, la dĂ©forestation et le bien-ĂȘtre animal ne sont jamais loin. Lorsqu’on parle prĂ©sence coordonnĂ©e Ă  la mer dans le Golfe de GuinĂ©e avec le NigĂ©ria, ou encore dĂ©veloppement des infrastructures de connectivitĂ©, coopĂ©ration sanitaire, on le fait encore et toujours avec en toile de fond une action europĂ©enne.

En parallĂšle, le rapport de l’opinion française Ă  l’Union semble s’ĂȘtre durablement transformĂ©. Plus exactement, la nature des reproches faits Ă  l’Europe a changĂ©. Prenons la crise de la Covid-19 : l’Union n’a pas Ă©tĂ© critiquĂ©e pour en avoir trop fait. Au contraire, on lui en veut de ne pas en avoir fait assez. C’est le manque de masques, de vaccins, de coordination entre les politiques sanitaires ou de transports qui ont fait la une des mĂ©dias. De mĂȘme ces derniers mois, dans le cadre de la guerre en Ukraine, les opinions française et europĂ©enne ont presque unanimement soutenu les sanctions de l’Union europĂ©enne Ă  l’égard de la Russie. Le «pas assez d’Europe» a remplacĂ© le «trop d’Europe».

Le contexte géopolitique actuel autant que la crise énergétique et la montée du populisme partout en Europe impliquent plus que jamais de poursuivre résolument nos engagements. Des zones de vulnérabilités demeurent, sur lesquelles nous devons agir vigoureusement.

  • PremiĂšrement, il nous faut dĂ©fendre l’État de droit. La guerre lancĂ©e par la Russie en Ukraine est une guerre contre nos valeurs dĂ©mocratiques et contre l’État de droit qui sous-tend notre libertĂ© et nos droits humains fondamentaux. L’Union europĂ©enne doit s’affirmer comme une garante de ces droits. Elle doit se servir de tous les outils Ă  sa disposition pour protĂ©ger nos valeurs de ceux qui, Ă  l’intĂ©rieur ou Ă  l’extĂ©rieur, cherchent Ă  les saper.

 

  • DeuxiĂšmement, nous devons construire une Europe de la dĂ©fense. Dans le prolongement du sommet de Versailles, l’Union doit renforcer, amĂ©liorer et coordonner les investissements nationaux et europĂ©ens dans ses capacitĂ©s de dĂ©fense. Il est essentiel qu’au cours des prochains mois, nous tenions les engagements pris et continuions Ă  avancer en ce sens.

 

  • TroisiĂšmement, il nous faut dĂ©velopper notre «souverainetĂ© industrielle». Si l’Union europĂ©enne veut ĂȘtre une puissance gĂ©opolitique, il lui faut affirmer sa souverainetĂ© industrielle sur l’ensemble des secteurs stratĂ©giques, que ce soit l’Ă©nergie, le numĂ©rique, l’alimentation et l’agriculture, ou les chaĂźnes d’approvisionnement industrielles. Mais l’enjeu le plus urgent et le plus immĂ©diat, c’est Ă©videmment de dĂ©velopper l’indĂ©pendance Ă©nergĂ©tique de l’Union. Nous nous Ă©loignons d’ores et dĂ©jĂ  de notre dĂ©pendance collective Ă  l’Ă©gard du pĂ©trole et du gaz russes. Nous devons poursuivre cet effort et sortir au plus vite de notre dĂ©pendance aux hydrocarbures ; c’est un impĂ©ratif climatique et de souverainetĂ©.

 

  • QuatriĂšmement, nous devons affirmer l’Europe comme «puissance gĂ©opolitique». Pour que la paix et la dĂ©mocratie soient durables sur notre continent, l’Union doit dĂ©fendre ses valeurs, sa sĂ©curitĂ© et sa puissance Ă©conomique Ă  une Ă©chelle beaucoup plus large. Elle a pris une dĂ©cision historique en accordant le statut de candidat Ă  l’Ukraine et Ă  la Moldavie et en lançant des nĂ©gociations d’adhĂ©sion avec la MacĂ©doine du Nord et l’Albanie. Il nous faut maintenant aller plus loin. Il est dans notre intĂ©rĂȘt stratĂ©gique d’ancrer les Balkans aussi fermement que possible Ă  l’Union europĂ©enne. C’est le rĂŽle que devra jouer la CommunautĂ© politique europĂ©enne, proposĂ©e par la France sous la PFUE et qui s’est rĂ©unie pour la premiĂšre fois Ă  Prague: rassembler les États du continent europĂ©en par le biais d’initiatives de coopĂ©ration concrĂštes dans les domaines de la sĂ©curitĂ©, de la connectivitĂ© et de l’Ă©nergie.

Enfin, il importe de remettre en perspective les succĂšs obtenus. Disons-le, l’action menĂ©e par la France durant ces six mois demeurera mĂ©connue de l’opinion française. Un sondage rĂ©alisĂ© par Harris Interactive, dĂ©but juillet, souligne que 41% des Français ne savent pas mentionner des mesures ou Ă©vĂ©nements propres Ă  la PFUE. De mĂȘme, plus de la moitiĂ© se dit mal « informĂ©e ». Plus gĂ©nĂ©ralement, si l’attachement Ă  l’Union europĂ©enne reste stable chez les Français et a mĂȘme connu une certaine affirmation dans le contexte de la guerre en Ukraine, il reste parmi les plus faibles d’Europe. Nous avons, en France, un problĂšme de communication sur l’action de l’Union europĂ©enne.

Ainsi, pour une part importante de Français, l’Union demeure un sujet lointain, complexe. Ce constat, banal et vrai, nous oblige. Il nous faut plus parler d’Europe. Sinon, l’attrait du populisme ne faiblira pas. Plus parler d’Europe, voilĂ  un objectif qui doit structurer notre engagement Ă  tous, durant l’annĂ©e et demie qui nous sĂ©pare des prochaines Ă©lections europĂ©ennes.

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici