L’Europe et les jeunes | Radio RCF

Anne MACEY

Déléguée générale de Confrontations Europe

Face aux mutations numĂ©rique, Ă©cologique dans un monde en transformation accĂ©lĂ©rĂ©e, former la jeunesse aux besoins des entreprises et de notre sociĂ©tĂ© europĂ©enne est sans doute le dĂ©fi le plus important en Europe. L’Union europĂ©enne, aux cĂŽtĂ©s des Etats, est active en la matiĂšre.

La premiĂšre action europĂ©enne qui vient Ă  l’esprit est bien sĂ»r Erasmus. CrĂ©Ă© en 1987, 5 millions de personnes ont bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une mobilitĂ©. Ce sont avant tout des Ă©tudiants de l’enseignement supĂ©rieur, et l’accent doit ĂȘtre placĂ© aussi sur d’autres publics : les apprentis (650 000 en bĂ©nĂ©ficient dans le cadre du dernier programme 2013-2017), volontaires (Ă  travers le Service Volontaire EuropĂ©en qui ne nĂ©cessite pas forcĂ©ment de diplĂŽme, enseignants


L’Europe ne sera forte que si les citoyens, et en premier lieu les jeunes, se rencontrent et apprennent Ă  se connaĂźtre et coopĂ©rer dĂšs leur plus jeune Ăąge. Il faudrait tripler le budget pour Erasmus + pour 2021-2027, cibler sur les plus dĂ©favorisĂ©s, ouvrir ces opportunitĂ©s aux collĂ©giens, aux lycĂ©ens, gĂ©nĂ©raliser les Ă©changes de maĂźtres et d’enseignants
.

Dans la lutte contre le chĂŽmage des jeunes, l’Europe s’est inspirĂ©e de ce qui marche le mieux en la matiĂšre. La Garantie jeunesse par exemple s’est inspirĂ©e de l’Autriche et de la Finlande, et prĂ©voit qu’aucun jeune qui sort du systĂšme scolaire sans diplĂŽme, sans emploi ou formation, ne soit laissĂ© plus de 4 mois sans rien, et se voit proposer une formation, un apprentissage, un stage ou un emploi. Cela suppose une personnalisation de l’accompagnement pour que ce qui est proposĂ© au jeune soit adaptĂ©.

Les jeunes de 18 Ă  25 ans sont massivement abstenus de voter aux Ă©lections europĂ©ennes. Le FN en France Ă©tait sorti en tĂȘte du vote jeune en 2014, mĂȘme si plus de 70% ne se sont pas mobilisĂ©s. C’est parce qu’ils n’en perçoivent pas l’enjeu
 Les jeunes ne sont pas « formĂ©s » aux enjeux europĂ©ens. Chaque Etat membre de l’Union est responsable de sa politique d’éducation. Il serait faux de dire qu’ils ne sont pas sensibilisĂ©s Ă  l’Europe. Mais on ne peut que constater le manque de formation des enseignants sur ce sujet.  ApprĂ©hender la sphĂšre europĂ©enne ne doit pas ĂȘtre rĂ©servĂ© qu’aux Ă©tudiants des Ă©coles de commerce ou de sciences politiques ! Et pourquoi attendre de pouvoir bĂ©nĂ©ficier d’un programme Erasmus ? C’est dĂšs le plus jeune Ăąge que l’enseignement sur l’Europe doit ĂȘtre de qualitĂ©.

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici