Sortir la zone euro du marasme en brisant les dogmes

Michel AGLIETTA

Professeur Ă  l’UniversitĂ© Paris Ouest, Conseiller scientifique du CEPII, ancien membre du Haut Conseil des finances publiques

La prioritĂ© de politique Ă©conomique actuelle pour l’Europe est assurĂ©ment de sortir la zone euro du marasme et d’écarter le risque de stagnation sĂ©culaire, avec une croissance durablement faible. AprĂšs la crise de 2008, les Etats Unis sont parvenus Ă  revenir sur leur niveau de croissance grĂące Ă  l’amĂ©lioration de la productivitĂ© globale des facteurs. La situation est trĂšs diffĂ©rente dans la zone euro du fait de la faiblesse de la reprise et surtout des divergences entre pays. Les perspectives de croissance potentielle dans la zone restent de l’ordre de 1,5 Ă  2%, avec de fortes disparitĂ©s de productivitĂ© globale des facteurs.
Les divergences en Europe ne tiennent pas Ă  des problĂšmes d’ajustement budgĂ©taire. Elles sont liĂ©es Ă  des diffĂ©rences de fond dans les dynamiques de productivitĂ©, et se traduisent par la polarisation entre pays crĂ©anciers et dĂ©biteurs. Depuis le dĂ©but de la crise, l’énorme excĂšs d’épargne est principalement captĂ© par l’Allemagne. L’ajustement au sein de la zone euro se porte alors sur les pays dĂ©biteurs, est asymĂ©trique et forcĂ©ment dĂ©flationniste.
Aujourd’hui, les taux de marchĂ© sont infĂ©rieurs au taux naturel, et ne peuvent faire repartir l’investissement. On voit lĂ  une limite de la politique monĂ©taire actuelle. Ce processus est ce que l’on appelle un « piĂšge de basse croissance » ou « stagnation sĂ©culaire ». La spĂ©cificitĂ© europĂ©enne est qu’il a Ă©tĂ© dĂ©libĂ©rĂ©ment enclenchĂ© par les politiques simultanĂ©es d’austĂ©ritĂ© de 2011-2013 qui ont entrainĂ© un choc durable sur la demande, avec rĂ©percussion sur l’investissement matĂ©riel et immatĂ©riel, dans un processus cumulatif d’amplification des dĂ©sĂ©quilibres rĂ©els. Ce processus perdure.
Une seule issue pour sortir de cette situation : modifier les principes europĂ©ens Ă©rigĂ©s en dogmes  – Ă  savoir pas de budget fĂ©dĂ©ral, pas de transferts entre Etats, pas de politique de stabilisation contre des chocs asymĂ©triques, pas de dĂ©faut de paiement dans la zone monĂ©taire.
Pour se faire, un niveau de puissance publique europĂ©enne pour mettre en Ɠuvre une gouvernance dynamique et conserver la zone euro est nĂ©cessaire. La solution passe par « une souverainetĂ© enchevĂȘtrĂ©e » avec un niveau de souverainetĂ© nationale forte et un niveau de souverainetĂ© partagĂ©e europĂ©enne. Ce partage doit se faire sur la base d’un projet politique de croissance soutenable, dont la trame est la transition Ă©cologique et la nouvelle rĂ©volution industrielle.
Pour avancer dans ce sens, on ne peut marcher sur la seule jambe monĂ©taire. Il reste Ă  crĂ©er les instruments de l’intĂ©rĂȘt europĂ©en au niveau des politiques budgĂ©taires. La rĂ©forme Ă  faire passe par l’accroissement des compĂ©tences du Parlement europĂ©en, qui doit devenir un Parlement de plein exercice, ayant la capacitĂ© de voter le budget, de lever l’impĂŽt et d’émettre la dette. Pour ĂȘtre un catalyseur en matiĂšre d’investissement, le budget europĂ©en doit passer de 1% Ă  3 %.
Il manque aujourd’hui une politique budgĂ©taire agrĂ©gĂ©e. La premiĂšre phase serait l’analyse du contexte Ă©conomique europĂ©en, un projet de budget intĂ©grĂ© de la zone euro, et l’évaluation de l’effort budgĂ©taire agrĂ©gĂ©. La rĂ©partition par pays de cet effort agrĂ©gé  se ferait  ensuite selon une rĂšgle existante mais violĂ©e en permanence : aucun pays  ne doit avoir plus de 5 % d’excĂ©dent.
Il faut aussi transformer le systĂšme financier pour dĂ©passer les comportements court-termistes et faciliter le financement de l’investissement Ă  long terme, en mettant en rĂ©seau les banques publiques d’investissement avec un systĂšme de garantie du budget europĂ©en.
Il faut enfin traiter les chocs venant du monde extérieur. Les chocs symétriques sont gérés par la BCE. Pour les chocs asymétriques concernant certains pays, mettre en place un fonds de stabilisation apportant un soutien proportionnel au choc spécifique est une idée intéressante.

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici