Résilience énergétique: l’Europe en première ligne?

Michel Derdevet et Bruno Bousquié

Il convient de se préparer à vivre dans des sociétés moins abondantes en énergie, capables de s’adapter et de répondre à des bouleversements économiques, sociaux et environnementaux majeurs, et jouant de toute la palette des énergies décarbonées pour ralentir les émissions de CO2

« Il convient de se préparer à vivre dans des sociétés moins abondantes en énergie, capables de s’adapter et de répondre à des bouleversements économiques, sociaux et environnementaux majeurs, et jouant de toute la palette des énergies décarbonées pour ralentir les émissions de CO2 »

Michel Derdevet est senior advisor d’EY-Parthenon et président du think tank Confrontations Europe.

Michel Derdevet est senior advisor d’EY-Parthenon et président du think tank Confrontations Europe. © Jean-Luc Petit

La crise sanitaire, apparue voici presque un an, a profondément bousculé le secteur énergétique mondial. L’Agence internationale de l’énergie estime que la demande en énergie aura a minima chuté de 5 % en 2020, entraînant un recul majeur des investissements dans le secteur, de l’ordre de 18 %.

Les énergies les plus touchées sont à l’évidence le gaz naturel et le pétrole, le gel des transports sur la planète réduisant la demande de cette dernière ressource de 7 % (*) et générant de facto des pertes immédiates dans ce secteur estimées à plus de 50 milliards de dollars.

Mais, au-delà, c’est tout le secteur énergétique qui est fragilisé. Le choc majeur que nous vivons, inédit depuis la Seconde Guerre mondiale, amène donc à revoir d’urgence l’ensemble des plans et stratégies énergétiques, face à une transition qui ne pourra pas — comme les précédentes — s’inscrire dans le temps long, mais doit être pensée et mise en œuvre rapidement.
Lire la suite sur le site de L’opinion

Note de bas de page

Articles liés

Récemment sur le même thème