Manifeste

Depuis bientĂŽt trente ans, Confrontations Europe ambitionne de contribuer Ă  la construction d’une Europe humaniste et dĂ©mocratique, Ă  la fois compĂ©titive et solidaire, une Europe plus proche de ses citoyens. Confrontations Europe considĂšre comme essentielle l’implication de la sociĂ©tĂ© civile dans l’élaboration des politiques publiques, en favorisant un dialogue respectueux des histoires et des cultures, en vue de dĂ©passer les clivages politiques et d’Ɠuvrer pour l’intĂ©rĂȘt commun. Face aux multiples dĂ©fis qu’affronte l’UE, Confrontations Europe entend poursuivre et consolider les conditions d’un vrai dialogue entre les acteurs de l’entreprise, les dĂ©cideurs politiques, les experts et toutes les parties prenantes, afin de faire Ă©merger une analyse originale et pertinente sur l’intĂ©gration europĂ©enne.

Dans ce contexte, Confrontations Europe structure ses travaux autour de trois thĂšmes clefs : la pĂ©rennisation du modĂšle europĂ©en d’économie sociale de marchĂ© qui doit faire face aux impĂ©ratifs du dĂ©veloppement durable (ODD), la confirmation d’une « Europe puissance » dans le monde et le renforcement de la dĂ©mocratie europĂ©enne.

UN MODELE ORIGINAL D’ECONOMIE SOCIALE DE MARCHE A PERENNISER

La construction europĂ©enne s’incarne dans le dĂ©veloppement de son marchĂ© unique, enracinĂ© dans un modĂšle original d’économie sociale de marchĂ©, au cƓur du capitalisme europĂ©en. Celui-ci se caractĂ©rise aujourd’hui par la promotion des principes ESG/RSE et par l’impĂ©ratif de transition environnementale portĂ©e par les objectifs du Pacte vert pour l’Europe, afin de faire de l’UE le premier marchĂ© du monde neutre en Ă©missions carbone Ă  l’horizon 2050. Ce modĂšle s’inscrit aussi dans la transition numĂ©rique de l’UE, condition nĂ©cessaire au succĂšs europĂ©en face Ă  l’arrivĂ©e de la quatriĂšme rĂ©volution industrielle, et qui appellera une gestion collective et solidaire des donnĂ©es, la montĂ©e en compĂ©tences numĂ©riques des travailleurs europĂ©ens, et le dĂ©veloppement des infrastructures nĂ©cessaires au sein du marchĂ© unique (communication, transport, paiement
). Ce modĂšle europĂ©en se fonde Ă©galement sur une meilleure intĂ©gration des politiques industrielles de l’UE, pour assurer la souverainetĂ© de son marchĂ©. Cette rĂ©organisation des chaĂźnes de valeur industrielles ne peut s’organiser autour de la seule quĂȘte de relocalisation de l’emploi, au risque d’appauvrir les pays du voisinage europĂ©en et ses coopĂ©rations. Elle implique de dĂ©velopper une politique centrĂ©e sur ses maillons stratĂ©giques conditionnant la compĂ©titivitĂ© europĂ©enne et l’attĂ©nuation de ses dĂ©pendances. La rĂ©organisation des chaĂźnes de valeur industrielles repose Ă©galement sur la diversification des sources d’approvisionnement, en matiĂšres premiĂšres comme en produits transformĂ©s.

La rĂ©alisation de ces objectifs passe par de considĂ©rables investissements de long terme, qui devront mobiliser l’épargne abondante des europĂ©ens, ce qui nĂ©cessitera l’achĂšvement de l’Union des marchĂ©s de capitaux. Ce capital privĂ© doit ĂȘtre flĂ©chĂ© vers les objectifs qui structurent le dĂ©veloppement de l’économie de l’UE, faisant de l’industrie financiĂšre un service essentiel Ă  la rĂ©alisation de ce modĂšle.

Enfin, le modĂšle europĂ©en post-coronavirus doit se caractĂ©riser par l’exigence d’un dialogue citoyen de qualitĂ©, condition de l’implication de toutes les parties prenantes dans la prise de dĂ©cision Ă©conomique.

L’EUROPE DANS LE MONDE

Confrontations Europe soutient Ă©galement l’émergence d’une Europe forte, au cĂŽtĂ© des grandes puissances chinoise et amĂ©ricaine. Cette « Europe puissance » sur la scĂšne internationale, s’appuie d’abord sur sa capacitĂ© Ă  soutenir et Ă  promouvoir ses normes auprĂšs de ses partenaires commerciaux. Cet engagement en faveur d’une concurrence juste entre les nations, garantissant le respect de l’environnement et l’amĂ©lioration des conditions de vie Ă  travers le monde, appelle une rĂ©vision de la politique commerciale et de concurrence dans le sens de ces exigences.

De plus, l’UE doit prendre en compte, en complĂ©ment de sa participation Ă  l’OTAN, ses propres capacitĂ©s assises sur les politiques nationales de dĂ©fense, la prioritĂ© consistant Ă  renforcer des programmes communs dans l’industrie de dĂ©fense. Cette ambition s’inscrit dans l’affirmation d’une autonomie stratĂ©gique europĂ©enne ouverte, qui se veut le prolongement des souverainetĂ©s nationales, sans les diminuer, ni les effacer. Confrontations Europe dĂ©fend ainsi l’extension du domaine des biens communs europĂ©ens, afin de permettre Ă  l’UE de faire face Ă  la montĂ©e des risques politiques dans son voisinage et au-delĂ .

Enfin, la place de l’UE dans le monde s’incarne dans son rapport avec les pays du Sud, et spĂ©cialement dans une communautĂ© de destin avec l’Afrique. Confrontations Europe dĂ©fend ainsi l’émergence d’un Pacte europĂ©en pour les migrations dans une double dimension: le soutien au dĂ©veloppement des pays d’origine et l’amĂ©lioration des conditions d’entrĂ©e et de circulation au sein du marchĂ© unique pour les travailleurs venus de pays tiers, autour de la crĂ©ation d’une « Blue card » europĂ©enne.

UNE NOUVELLE GOUVERNANCE EUROPEENNE

Enfin, Confrontations Europe promeut une dĂ©mocratie europĂ©enne plus vivante, en complĂ©ment des cultures dĂ©mocratiques nationales. Cela est essentiel pour asseoir cette dynamique des biens communs europĂ©ens sur une meilleure comprĂ©hension mutuelle et adhĂ©sion citoyenne. Ce processus dĂ©mocratique doit s’appuyer sur des citoyens de l’Union plus engagĂ©s dans la prise de dĂ©cision politique communautaire. Cette nouvelle gouvernance europĂ©enne s’inscrit dans la nĂ©cessitĂ© de rapprocher l’Union de ses citoyens, condition nĂ©cessaire Ă  l’émergence d’un sentiment d’appartenance europĂ©en. Cette dĂ©mocratie participative doit se fonder sur la dĂ©libĂ©ration et la reconnexion du citoyen avec la politique. La dĂ©mocratie participative doit s’organiser dans les territoires pour prendre en compte la diversitĂ© des cultures dĂ©mocratiques nationales qui caractĂ©rise l’Europe, et impliquer le maximum d’europĂ©ens. Sortant de l’entre-soi, elle doit impĂ©rativement permettre que soient abordĂ©s les problĂšmes concrets, du quotidien, et renforcer ainsi les dynamiques territoriales.

En ce sens, la ConfĂ©rence sur l’avenir de l’Europe est une initiative majeure portĂ©e par cette lĂ©gislature. Pour porter pleinement ses fruits, cette ConfĂ©rence doit aborder la mise en place d’un mĂ©canisme permanent de participation des citoyens qui vise Ă  Ă©tablir un dialogue au niveau local, dans des modalitĂ©s adaptĂ©es aux cultures et pratiques nationales, tout en favorisant les Ă©changes et la pĂ©dagogie, pour progressivement dĂ©terminer un langage dĂ©mocratique europĂ©en commun.

Conscient des enjeux considĂ©rables auxquels l’Union europĂ©enne fait face, Confrontations Europe entend contribuer Ă  Ă©clairer la prise de dĂ©cision politique au niveau europĂ©en, en cherchant Ă  ĂȘtre la passerelle entre sociĂ©tĂ© et institutions, Ă  travers une conflictualitĂ© ouverte, viable et constructive.

Html code here! Replace this with any non empty text and that's it.

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici