Le choix de l’Union

Le choix crucial qui s’annonce dimanche 24 avril engage la France et l’Europe pour les cinq annĂ©es Ă  venir, au moment oĂč, Ă  peine remis de la pandĂ©mie de Covid-19, le continent europĂ©en est confrontĂ© pour la premiĂšre fois depuis 1939 Ă  un conflit armĂ© majeur.

Depuis plus de cinquante ans, les peuples europĂ©ens Ɠuvrent Ă  la construction d’une Europe humaniste et dĂ©mocratique, compĂ©titive et solidaire, une Europe plus proche de ses citoyens. À l’heure oĂč se prĂ©pare le second tour de l’élection prĂ©sidentielle française, nous ne pouvons rester silencieux, quels que soient nos origines et nos diffĂ©rences politiques, syndicales, passĂ©es ou prĂ©sentes, et il nous apparaĂźt urgent d’affirmer et de confirmer sans ambiguĂŻtĂ© le choix de l’Union europĂ©enne, de ses valeurs, condition d’une vraie souverainetĂ© et du dĂ©veloppement durable.

Nous assumons l’histoire de l’Europe dans son intĂ©gralitĂ©, conscients de ses faiblesses et de ses limites, mais aussi de ses rĂ©ussites, dont les plus rĂ©centes : la gestion collective de la pandĂ©mie de Covid-19 et l’adoption d’une stratĂ©gie europĂ©enne en matiĂšre de vaccin, l’élaboration d’un plan de relance solidaire pour nos Ă©conomies, la condamnation unanime face Ă  l’invasion brutale de l’Ukraine par la Russie, accompagnĂ© d’un soutien concret sur le plan Ă©conomique, humanitaire et militaire.

Nous dĂ©fendons une Europe des valeurs, garante de la dĂ©mocratie reprĂ©sentative et des libertĂ©s fondamentales de 450 millions de citoyens. Cette Europe est notre histoire commune depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Nous savons ce que nous lui devons. Elle s’est bĂątie par le droit, dĂ©veloppĂ©e dans la dĂ©mocratie avec nos partenaires, dans un dialogue permanent et historique. Elle rĂ©affirme le droit des EuropĂ©ens Ă  la dignitĂ©, Ă  la libertĂ© d’expression et d’information, Ă  la libertĂ© de rĂ©union et d’association, Ă  l’égalitĂ© de chacun face au pouvoir, Ă  la diversitĂ© culturelle et religieuse, Ă  l’égalitĂ© entre les hommes et les femmes
 Ces droits ne sont pas imposĂ©s de l’étranger, mais sont le prolongement des progrĂšs et des dĂ©bats que nous portons dans notre pays et chez nos partenaires. Ces droits humains sont la fiertĂ© de la France et le fondement de notre ambition commune. A l’heure des attaques et des remises en question fondamentales en Europe et ailleurs, nous rĂ©affirmons que ces valeurs sont notre socle commun, la raison d’ĂȘtre de notre Union, notre boussole dans les crises.

Nous dĂ©fendons une Europe qui sache affirmer sa puissance sur la scĂšne internationale, face aux rivalitĂ©s systĂ©miques qui Ă©mergent aux confins du monde, et au retour de la guerre sur notre continent. Cette Europe doit s’incarner dans la construction d’une vision stratĂ©gique commune, par une Union consciente des menaces qui l’entourent et qui ne peut plus se reposer sur le seul bouclier de l’Alliance Atlantique. L’élaboration de la boussole stratĂ©gique doit ĂȘtre accompagnĂ©e d’une capacitĂ© d’investissement commune Ă  27 pour contribuer Ă  l’émergence d’une industrie de dĂ©fense Ă  l’échelle europĂ©enne. Cette ambition s’inscrit dans l’affirmation d’une autonomie stratĂ©gique europĂ©enne, qui se veut le prolongement des souverainetĂ©s nationales, sans les diminuer, ni les effacer. Cette ambition mondiale de l’Union s’incarne aussi dans son rapport avec les pays du Sud, et spĂ©cialement dans une communautĂ© de destin avec l’Afrique. Nous dĂ©fendons ainsi l’émergence d’un Pacte europĂ©en pour les migrations dans une double dimension : le soutien au dĂ©veloppement des pays d’origine ainsi que l’harmonisation des conditions d’entrĂ©e et de circulation au sein du marchĂ© unique pour les hommes et les femmes venus de pays tiers.

Nous dĂ©fendons enfin une Europe garante d’une croissance Ă©conomique durable, autour de ses acquis historiques : la monnaie et le marchĂ© unique. Nous entendons penser l’Europe comme un acteur Ă©conomique central pour les dĂ©cennies Ă  venir, en assumant le changement de paradigme qu’impose l’urgence climatique et l’ambition de devenir le premier continent neutre en carbone Ă  l’horizon 2050.

Notre Union est, dans ce contexte, l’échelle pertinente pour repenser un modĂšle Ă©nergĂ©tique dĂ©barrassĂ© de la dĂ©pendance au charbon, au pĂ©trole et au gaz, tout en protĂ©geant les plus vulnĂ©rables de la prĂ©caritĂ© Ă©nergĂ©tique. Cette transition devra se fonder sur l’innovation issue de la recherche europĂ©enne pour aboutir Ă  un mix Ă©nergĂ©tique dĂ©carbonĂ©, dans un Ă©quilibre entre les technologies de pointe et les Ă©nergies renouvelables. Ce modĂšle europĂ©en s’inscrit dans la transition numĂ©rique de nos Ă©conomies, condition nĂ©cessaire pour embrasser pleinement les opportunitĂ©s de la quatriĂšme rĂ©volution industrielle. Celle-ci appellera une gestion collective et solidaire des donnĂ©es, la montĂ©e en compĂ©tence numĂ©rique des travailleurs europĂ©ens, et le renforcement des infrastructures nĂ©cessaires au bon fonctionnement du marchĂ© unique (communication, transport, paiement
).

L’Europe se caractĂ©rise par un haut niveau de protection sociale, plus que jamais nĂ©cessaire pour accompagner les bouleversements qui viennent. Il doit ĂȘtre prĂ©servĂ© et renforcĂ© en permettant l’éducation, l’emploi et la formation, l’accĂšs Ă  la santĂ© de toutes et tous, le dĂ©veloppement de nouveaux espaces de dialogue social, l’amĂ©lioration des conditions salariales et de l’égalitĂ© entre les femmes et les hommes dans tous les Etats membres. Enfin, l’Europe se doit d’ĂȘtre un espace d’expression et d’épanouissement de notre jeunesse, en renforçant et en ouvrant au plus grand nombre les programmes Ă  succĂšs, comme Erasmus+, ou encore en multipliant des initiatives politiques comme la ConfĂ©rence sur l’avenir de l’Europe.

L’Europe est la condition de notre souverainetĂ© et du dĂ©veloppement durable face aux tumultes du siĂšcle. Il est de notre responsabilitĂ© d’en penser l’avenir, pour garantir nos libertĂ©s et notre prospĂ©ritĂ©. C’est pourquoi, Ă  l’occasion du second tour des Ă©lections prĂ©sidentielles, nous voterons Emmanuel Macron, en ayant conscience de notre responsabilitĂ© collective pour continuer Ă  construire et garantir, en France et avec nos partenaires une Europe des libertĂ©s et de la solidaritĂ©.

Signataires de la tribune :

Michel Derdevet, Président de Confrontations Europe

Et les membres du Conseil d’administration :

Lise Bachmann, Membre du Bureau de Confrontations Europe

Christophe BĂ©guinet, Conseiller Energie de Confrontations Europe

Pervenche BerÚs, Administratrice de Confrontations Europe, députée européenne de 1994 à 2019

Yves Bernheim, Administrateur de Confrontations Europe

Anne Bucher, Administratrice de Confrontations Europe

Thomas Dorget, Délégué général de Confrontations Europe

Dominique Graber, Vice-Présidente de Confrontations Europe

Ghislaine Hierso, Administratrice et Secrétaire du Bureau de Confrontations Europe

Hervé Jouanjean, Vice-Président de Confrontations Europe

Christophe LefÚvre, Administrateur de Confrontations Europe, Membre du Comité Economique et Social européen

Edouard-Francois de Lencquesaing, Trésorier de Confrontations Europe

Jacques Maire, Vice-Président de Confrontations Europe, Député de la VIIIe circonscription des Hauts de Seine

Claire Morel, Administratrice de Confrontations Europe

Christian Pierret, Administrateur de Confrontations Europe, ancien ministre dĂ©lĂ©guĂ© Ă  l’industrie

Stefan Seidendorf, Administrateur de Confrontations Europe

Laurent Zylberberg, Administrateur de Confrontations Europe

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici