Le mix électrique Français à l’horizon 2030-2050 : l’heure (ou la réalité) des choix ?

Date / Heure
29/11/2021
18 h 00 min - 19 h 30 min


Confrontations Europe, Synopia et la Maison de l’Europe de Paris organisent le lundi 29 novembre 2021, de 18h à 19h30, un débat consacré à la problématique suivante :

Le mix électrique Français à l’horizon 2030-2050 : l’heure (ou la réalité) des choix

Les débats se dérouleront en présentiel à la Maison de l’Europe de Paris (29 avenue de Villiers, 75017, Paris), et en distanciel (lien à suivre).

Produire plus efficacement, consommer moins, décarboner complètement la production de l’électricité d’ici 2050, telles sont les ambitions du Pacte Vert européen. Mais comment y parvenir ? Dans cette période de transition, comment répondre en temps réel aux variations de la demande d’électricité prévisibles aujourd’hui et demain ?

Cette question se pose à l’Union Européenne, mais surtout aux pays qui la constituent. C’est donc aussi l’heure (ou la réalité) des choix pour le mix électrique français à l’horizon 2030-2050… Seules les centrales renouvelables (solaire, éolien et hydraulique) et le nucléaire produisent de l’électricité décarbonée ; mais seuls le nucléaire et l’hydraulique de barrage sont pilotables, si l’on fait abstraction des centrales produisant l’électricité à partir du gaz et du pétrole, le charbon ayant disparu en France comme source de production pilotable.

Trois idées majeures seront ainsi développées pendant la conférence :

  1. Nous ne pourrons parvenir à la neutralité carbone en Europe sans faire appel, d’une part à un minimum de nucléaire, et d’autre part, à un effort massif pour mettre point des systèmes performants de stockage de l’électricité pour gérer l’injection de l’électricité renouvelable produite de manière intermittente.
  2. Les réseaux de transport et de distribution d’électricité sont des outils indispensables de flexibilité pour gérer la volatilité de la demande d’électricité du fait du foisonnement qu’ils permettent.
  3. Il faut tirer les leçons du passé dans le domaine de la construction des réacteurs nucléaires et s’interroger sur l’intérêt des réacteurs modulaires de petite dimension (SMR) en complément, voire en substitution des réacteurs qui sont aujourd’hui en construction. Les « flotilles » de SMR doivent-elles remplacer les « paquebots » EPR ?

In fine, ce sera aux citoyens Français de trancher, pourvu que la question soit bien instruite et les solutions correctement présentées.

Pour en débattre :

  • Brice Lalonde, ancien ministre de l’environnement.
  • Jacques Percebois, professeur émérite de l’université de Montpellier et président du CREDEN.
  • Xavier Marchal, ancien DGA de Naval Group et membre de Synopia.
  • Christophe Béguinet, Conseiller Énergie, Confrontations Europe.

La modération sera assurée par Olivier Appert, ancien président de l’IFPEN.