ADRESSE AUX DIRIGEANTS POLITIQUES EUROPEENS

Confrontations Europe

Html code here! Replace this with any non empty text and that's it.

La menace d’une stagnation durable frappe l’économie europĂ©enne. Nos sociĂ©tĂ©s ne se projettent pas vers l’avenir. Nos entreprises font preuve d’aversion au risque. Les Etats et l’Union ne parviennent pas Ă  investir. Il faut entreprendre un New deal, doter l’Union d’une stratĂ©gie pour l’investissement.
Nous saluons le plan Juncker comme une premiĂšre Ă©tape significative vers une prise de conscience politique. Pourtant, Ă  lui seul il ne suffira pas Ă  ranimer l’investissement de façon durable car la volontĂ© des Etats est trop faible, peu d’argent public est mobilisĂ©, l’apport d’argent privĂ© est plus qu’incertain. Il faut dĂ©passer ces obstacles, c’est un devoir collectif, et aller au-delĂ , car sans une stratĂ©gie de long terme l’action de court terme ne pourrait que dĂ©cevoir.
Investir est un choix collectif et de long terme
Toutes les populations d’Europe doivent ĂȘtre saisies du dĂ©fi. C’est maintenant qu’il faut commencer Ă  crĂ©er les compĂ©tences, les infrastructures, les industries qui rĂ©pondront aux besoins des jeunes gĂ©nĂ©rations dans dix, vingt, trente ans et qui permettront aux plus ĂągĂ©es de prĂ©server des conditions de vie dĂ©centes. Alors que de nombreux pays d’Europe connaĂźtront une baisse accĂ©lĂ©rĂ©e de leur population, la crĂ©ation d’emplois et le relĂšvement des taux d’activitĂ© par l’investissement Ă  long terme sont des questions vitales pour produire une valeur ajoutĂ©e disponible. La rĂ©habilitation des espaces urbains et ruraux, le combat contre le rĂ©chauffement climatique, la valorisation des avantages comparatifs de l’Europe dans un monde oĂč les principaux moteurs de la demande sont ailleurs, tout ceci appelle l’investissement.
Nos Assises ont proposĂ© des domaines prioritaires, et d’abord soulignĂ© l’urgence de programmes europĂ©ens massifs pour la formation professionnelle et continue en lien avec l’accompagnement des transitions professionnelles. L’agenda numĂ©rique doit ĂȘtre centrĂ© sur le dĂ©veloppement d’industries europĂ©ennes pour les infrastructures et services dĂ©diĂ©s au traitement des donnĂ©es et Ă  l’économie collaborative. La programmation d’investissements pour les infrastructures d’interconnexion, l’innovation industrielle et l’efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique doit ĂȘtre au cƓur d’une Union compĂ©titive et solidaire pour l’énergie. La politique de recherche-dĂ©veloppement industriel, toujours en souffrance, doit reposer sur des programmes d’investissements dans les secteurs jugĂ©s stratĂ©giques et sur la consolidation des clusters et chaines de l’innovation.
Une volonté politique plus forte et plus solidaire
DĂšs 2015 chaque Etat et l’UE doivent prĂ©senter au public dans le cadre du Semestre europĂ©en, les projets qu’ils  sĂ©lectionnent et qui seront Ă©ligibles aux fonds ou garanties communautaires. Les ressources affectĂ©es Ă  ceux-ci doivent ĂȘtre inscrites dans un chapitre spĂ©cial du Budget. Cette mĂ©thode doit se poursuivre sur la durĂ©e. L’Union ne pourra pas faire l’économie d’un dĂ©bat sur les causes profondes de l’aversion au risque et de la stagnation. Une ConfĂ©rence europĂ©enne sera rĂ©unie Ă  cet effet, elle devra dĂ©finir les grands axes d’une stratĂ©gie pour l’investissement, les conditions d’une programmation, de l’évaluation des rĂ©sultats, de la budgĂ©tisation. Il est crucial qu’une rĂ©forme du budget europĂ©en le dote de ressources propres.
Le président de la Commission a décidé de créer un Conseil de politique stratégique, il faudra aussi créer un Forum des investisseurs publics et privés, et une agence publique pour pouvoir mieux sélectionner les investissements à rentabilité faible et différée mais à forte valeur ajoutée économique et sociale.
Valoriser les projets d’investissement dans un cadre europĂ©en favorable au long terme et Ă  la cohĂ©sion
De façon gĂ©nĂ©rale, le cadre rĂ©glementaire et fiscal europĂ©en n’est pas favorable Ă  l’investissement. Alors que les taux d’intĂ©rĂȘt sont bas pour les obligations d’Etat, considĂ©rĂ©es sans risque, l’investissement long est pĂ©nalisĂ©. Les horizons de la mesure prudentielle et comptable sont dĂ©connectĂ©s des horizons de l’investissement rĂ©el. Il faut assumer le risque Ă©conomique et pour cela rallonger les horizons. De mĂȘme, les signaux-prix sur le marchĂ© europĂ©en ne fonctionnent pas aujourd’hui pour l’investissement ; Ă©tablir un prix du carbone, harmoniser la fiscalitĂ©, distinguer la valeur Ă©conomique et sociale de la valeur financiĂšre de marchĂ© sont des impĂ©ratifs. Et la rĂ©glementation des aides d’Etat doit servir la politique industrielle et non y faire obstacle.
La cohĂ©sion de l’Union est un autre souci majeur. La polarisation de ressources et d’activitĂ©s dans certaines parties d’Europe et la dĂ©sertification ailleurs menacent l’Union d’exploser. L’inĂ©gal accĂšs des entreprises et rĂ©gions d’Europe aux opportunitĂ©s du grand marchĂ©, la fragmentation et l’anti-sĂ©lection qui y rĂšgnent, doivent ĂȘtre combattus de façon Ă  libĂ©rer tous les potentiels de dĂ©veloppement.
Il faut faire sauter les verrous et goulots d’étranglement qui entravent le dĂ©veloppement des infrastructures sociales et productives, en crĂ©ant un cadre europĂ©en pour les partenariats public-privĂ©. Il faut aider les PME porteurs de projets Ă  s’inscrire dans des Ă©cosystĂšmes europĂ©ens et Ă  prendre appui sur des marchĂ©s de services innovants ; ils ont besoin de beaucoup plus de fonds propres et d’offres de crĂ©dit renouvelĂ©es dont les crĂ©ances de qualitĂ© pourront ĂȘtre titrisĂ©es.
Canaliser l’argent vers l’investissement
L’argent est abondant en Europe mais la prioritĂ© accordĂ©e aux placements jugĂ©s sans risques prĂ©domine. Il faut pouvoir saisir les opportunitĂ©s et prendre les risques correspondants. C’est aux Etats et Ă  l’Union de donner l’exemple. Ils doivent offrir un cadre d’orientation stratĂ©gique, puis sĂ©lectionner des projets d’investissement d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral, et leurs Budgets devront prendre le premier risque afin de les financer. L’épargne des particuliers, qui est abondante, et plus particuliĂšrement l’épargne pour la retraite – devra ĂȘtre mobilisĂ©e vers des engagements en fonds propres dans l’économie.
Encore fortement stressĂ©e par la crise, l’industrie financiĂšre europĂ©enne ne financera pas spontanĂ©ment l’investissement dans l’économie rĂ©elle.  Il faut l’y inciter et organiser le partage des risques afin d’abaisser fortement le coĂ»t du capital     pour les entreprises.
Une rĂ©forme structurelle est engagĂ©e : l’Union bancaire. C’est un grand progrĂšs mais qui exige vigilance et implication : l’objectif final est de briser la fragmentation qui divise l’eurozone et de crĂ©er un espace solidaire pour les paiements et l’offre de crĂ©dit. Un autre objectif est annoncĂ© : l’Union pour le marchĂ© des capitaux. Il peut faire sens si l’UE clarifie publiquement ses objectifs et si des rĂ©formes juridiques, fiscales et de supervision sont consenties. Il faut vaincre les comportements court-termistes et le mimĂ©tisme spĂ©culatif, inciter Ă  prendre des engagements durables dans les entreprises.
Dans cette perspective, la politique de restructuration de l’industrie financiĂšre ne doit pas opposer le financement de marchĂ© au crĂ©dit bancaire. L’objectif est plutĂŽt d’établir la complĂ©mentaritĂ© des rĂŽles pour financer l’investissement et en partager les risques : la banque gardera un rĂŽle Ă  cet effet, tandis que celui des investisseurs institutionnels (assureurs, fonds de pension
) et des gestionnaires de fonds d’investissement sera largement dĂ©veloppĂ©. Ceci exige que l’UE Ă©tablisse un cadre propice Ă  l’investissement de long terme, tandis que les acteurs financiers devront reconsidĂ©rer leurs modĂšles de gestion pour mieux financer l’économie.
Ce n’est pas tout : la gouvernance de l’Union ne permet pas aujourd’hui de bien canaliser les soutiens communautaires et faire levier pour l’investissement privĂ©. Illisible au niveau du budget, la gestion des garanties est Ă©parpillĂ©e dans les silos de la Commission tandis que la BEI, dont l’actionnariat est exclusivement composĂ© des 28 Etats-membres, est limitĂ©e par son mandat. Il faut Ă©tablir un systĂšme de coopĂ©ration et de partage des risques pour l’investissement d’intĂ©rĂȘt europĂ©en entre la Commission, la BEI et les banques nationales de dĂ©veloppement et d’investissement. Et promouvoir une structure pivot pour le dĂ©veloppement des fonds d’investissement. A cet effet nous proposons de recapitaliser le FEI (qui pourra absorber la « facilitĂ© » crĂ©Ă©e dans le plan Juncker) par le budget europĂ©en et en faisant largement appel aux investisseurs privĂ©s et aux banques d’investissement. Il deviendra un Fonds de fonds. Et l’UE devra entrer au capital de la BEI.
Un défi démocratique majeur
Les dirigeants politiques nationaux et europĂ©ens ont de grandes responsabilitĂ©s Ă  assumer. Chaque Etat-nation est responsable chez lui de prĂ©parer l’avenir en investissant. Mais chacun ne doit pas faire obstacle Ă  l’investissement au niveau communautaire et au contraire concevoir une solidaritĂ© active car les inĂ©galitĂ©s entre les pays sont trĂšs grandes ; ils doivent ensemble accepter de mutualiser des ressources et de crĂ©er toutes les conditions nĂ©cessaires Ă  la rĂ©alisation d’une stratĂ©gie europĂ©enne. Le Parlement europĂ©en et les parlements nationaux doivent se mettre en mouvement, leur rĂŽle sera dĂ©terminant dans l’espace public. Nous nous engageons Ă  contribuer Ă  l’implication des entreprises, des groupements professionnels, des organisations sociales, de l’économie sociale et solidaire, des UniversitĂ©s, des collectivitĂ©s territoriales et des rĂ©gions. Tous doivent faire Ă©voluer leur culture et coopĂ©rer. Investir en Europe fait appel Ă  la volontĂ© de tous, il faut associer les acteurs Ă©conomiques et sociaux Ă  la prĂ©paration des projets, qui doivent parler aux gens et s’enraciner lĂ  oĂč ils vivent et travaillent pour ĂȘtre porteurs d’espoir. Et les systĂšmes d’éducation et d’information doivent porter partout les messages, faire appel Ă  l’esprit et Ă  l’engagement.

Html code here! Replace this with any non empty text and that's it.

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici