La composition de la nouvelle Commission européenne [Euradio]

Auteur : Lorène Weber

Chargée de Mission Finance et Jeunes

Bureau de Bruxelles de Confrontations Europe

Chaque jeudi matin, Confrontations Europe intervient sur les ondes d’Euradio pour un édito consacré à l’actualité européenne.

Le 10 septembre, la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé la composition de son collège de commissaires. Tour d’horizon de cette nouvelle Commission avec Confrontations Europe.

L’équipe de Madame Von Der Leyen comptera 27 personnes, dont elle-même, une par Etat membre sauf le Royaume-Uni. En termes d’équilibres politiques, le groupe politique le plus représenté est celui des Socialistes et Démocrates avec 10 représentants, suivi par le Parti Populaire Européen avec 9 représentants. Le groupe Renew Europe (centristes et libéraux) a lui 6 représentants, et les groupes des Conservateurs Réformistes européens et des Verts ont chacun un Commissaire.

Euradio : Quelle est la structure de cette nouvelle Commission ?

La Commission Von Der Leyen compte huit vice-présidents, dont trois vice-présidents exécutifs, parmi lesquels deux étaient des Spitzenkandidaten (des candidats tête de liste) durant la campagne des européennes (à savoir, Frans Timmermans et Margrethe Vestager).

La fonction des vice-présidents exécutifs est double : ils sont à la fois en charge d’une des priorités-clés de l’agenda politique de la Présidente, et commissaires en charge d’un portefeuille. Les trois priorités politiques confiées aux vice-présidents exécutifs sont ainsi le Green Deal européen (Frans Timmermans, par ailleurs Commissaire au Climat), l’ère du numérique (Margrethe Vestager, qui conserve les dossiers Concurrence) et l’économie au service des personnes (Valdis Dombrovskis, également Commissaire en charge des services financiers).

Un point attire, par ailleurs, notre attention. Le portefeuille de la Commissaire française, Sylvie Goulard, est sans équivalent. En charge du marché intérieur, elle chapeautera les questions de stratégie industrielle, de Marché intérieur numérique et les questions industrielles dans les secteurs de la défense et de l’espace. Surtout, elle aura sous ses ordres 3 directions générales : celle du Marché intérieur et de l’Industrie, celle des réseaux de communication (CNECT) et la Direction Générale pour la Défense et l’Espace nouvellement créée.

Enfin, difficile de ne pas voir un message géopolitique clair à destination des Etats-Unis dans la composition de cette nouvelle Commission. Entre Margrethe Vestager, qui allie vice-présidence en charge du numérique et commissariat à la concurrence et la création d’une nouvelle DG Défense la nouvelle Commission reflètera l’ambition des Européens d’être souverain à l’ère du numérique et autonome stratégiquement…

Euradio : Maintenant que la repartition des postes est connue, quelles sont les prochaines étapes ?

La prochaine étape sera celle des auditions des futurs commissaires par les différentes commissions du Parlement européen, qui auront lieu entre le 30 septembre et le 8 octobre prochain. Et ces auditions seront tout sauf une formalité pour les aspirants-Commissaires. Pour rappel, par le passé, le Parlement européen a déjà écarté des candidats en raison de leurs mauvaises auditions. Cette année, c’est la candidature de la Roumaine Rovana Plumb qui pourrait poser problème. En effet, elle est accusée de corruption en Roumanie, et si elle n’a pas été inquiétée par la justice roumaine, c’est semble-t-il surtout du fait de son immunité parlementaire.

Une fois les auditions passées, le Parlement européen devra approuver le Collèges des Commissaire (lors de la session d’octobre). Le Conseil européen nommera alors la Commission, à la majorité qualifiée. Et la Commission von der Leyen prendra effectivement ses fonctions le 1er novembre 2019.

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.