Une crise structurelle

Clotilde WARIN

RĂ©dactrice en chef, Confrontations Europe

Avec l’étĂ©, les arrivĂ©es de migrants dans les ports europĂ©ens atteignent une nouvelle fois des chiffres tristement Ă©levĂ©s. Les autoritĂ©s italiennes tirent la sonnette d’alarme alors que plus de 85 000 migrants sont arrivĂ©s Ă  leurs ports entre janvier et juin 2017 et que prĂšs de 20 000 ont atteint la GrĂšce. Certes, on est loin des 885 000 arrivĂ©es de l’annĂ©e 2015 en GrĂšce. Mais la rĂ©alitĂ© est lĂ  : les afflux de migrants en Europe ne sont pas prĂšs de prendre fin. Les nouveaux arrivants viennent dĂ©sormais, dans leur majoritĂ©, d’Afrique de l’Ouest, voire d’Asie du Sud et non plus uniquement de Syrie, d’Afghanistan, d’Irak ou d’ErythrĂ©e.

L’Europe fait face Ă  des « flux mixtes », qui rendent plus floue la distinction entre rĂ©fugiĂ©s (politiques) et migrants (Ă©conomiques). Les candidats Ă  l’exil fuient Ă  la fois des pays aux gouvernements autoritaires bafouant les droits des opposants politiques, de minoritĂ©s ethniques ou religieuses, mais aussi des rĂ©gions anĂ©anties par la grande pauvretĂ©, voire la dĂ©sertification – les « rĂ©fugiĂ©s climatiques ». Les premiers rĂ©pondent aux critĂšres du droit Ă  l’asile et ont de grandes chances d’obtenir le statut de rĂ©fugiĂ© dans l’un des Etats membres ; les postulants aux motivations essentiellement Ă©conomiques sont, eux, appelĂ©s Ă  ĂȘtre reconduits dans leur pays d’origine.

Jusqu’à prĂ©sent, l’Union europĂ©enne a choisi de rĂ©pondre Ă  l’afflux de migrants en externalisant la crise aux frontiĂšres de l’Europe par la signature de conventions avec les pays d’origine, d’accords avec des pays de transit (deal UE-Turquie), par la crĂ©ation de « hotspots » dans les pays de premiĂšre entrĂ©e (GrĂšce, Italie). L’Union europĂ©enne a beaucoup plus agi sur le plan rĂ©pressif que sur le plan de l’accueil et de l’intĂ©gration. Il est dĂ©sormais temps de mettre en place une rĂ©ponse commune europĂ©enne Ă  la hauteur du dĂ©fi migratoire, devenu structurel.

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici