La crise des dettes souveraines, A. Brender, F. Pisani et E. Gagna

Anton BRENDER, Florence PISANI et Emile GAGNA

Html code here! Replace this with any non empty text and that's it.

« La crise de la finance globalisĂ©e a Ă©tĂ© lourde de consĂ©quences pour les États des pays dĂ©veloppĂ©s. Afin d’Ă©viter un effondrement de l’activitĂ©, ils ont acceptĂ©, Ă  la fin des annĂ©es 2000, de laisser leurs dĂ©ficits budgĂ©taires se creuser. Ce faisant, ils ont aussi jetĂ© les germes d’une autre crise, celle des dettes souveraines. Avec un endettement souvent important et des perspectives de croissance Ă  long terme faibles, ces États doivent Ă  prĂ©sent enrayer la hausse du poids de leur dette s’ils ne veulent pas que leur solvabilitĂ© soit mise en doute. Mais ils ne peuvent le faire rapidement sans freiner dangereusement l’activitĂ©. Face Ă  ce dilemme, le Japon et les États-Unis ont choisi de privilĂ©gier le retour Ă  la croissance, les États de la zone euro le retour Ă  l’Ă©quilibre budgĂ©taire. Quels sont les risques pris par chacun, mais aussi ses marges de manƓuvre ? À ces interrogations s’en ajoute une autre : les dettes de ces États jouent un rĂŽle central dans le systĂšme monĂ©taire et financier international. Si, demain, elles perdent leur statut d’« actif sans risque », comment le fonctionnement de ce systĂšme sera-t-il affectĂ© ? La crise des dettes souveraines n’a pas fini de faire parler d’elle… »

Editions La DĂ©couverte, 7 juin 2012126 pages

Derniers articles

Articles liés

Leave a reply

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici