L’Union des marchés de capitaux, une finance européenne durable au service de l’économie, des citoyens et de l’environnement

Evénement – L’Union des marchés de capitaux, une finance européenne durable au service de l’économie, des citoyens et de l’environnement

Confrontations Europe, think tank européen basé à Paris et à Bruxelles, et l’Ambassade des Pays-Bas en France ont co-organisé le 2 octobre 2020, une conférence réunissant une série d’acteurs et de régulateurs des industries financières françaises et néerlandaises, à la résidence de l’Ambassadeur des Pays-Bas à Paris.

Cette conférence de haut niveau a permis aux différents interlocuteurs présents ; banques, assurances, fonds de pension, autorités des marchés financiers, banquiers centraux et Trésors, d’échanger sur le thème : L’Union des marchés de capitaux (UMC), une finance européenne durable au service de l’économie, des citoyens et de l’environnement, suite à la publication, le 24 septembre dernier, du plan d’action de la Commission européenne sur l’UMC.

Les débats ont permis de dégager de nombreux points de convergences entre les décideurs présents, qui se sont accordés sur la nécessité de renforcer l’UMC, en cohérence avec la finalisation de l’Union bancaire. Pieter de Gooijer, ambassadeur des Pays-Bas en France a notamment insisté sur le point suivant : « Le monde a changé depuis la publication du premier plan d’action sur l’UMC ; le contexte européen, marqué par le Brexit, la relance de l’économie européenne post-Covid-19 et la double transition écologique et digitale ont considérablement renforcé la nécessité de construire un marché unique des capitaux en Europe. »

Parmi ces points de convergence on peut compter :

  1. L’amélioration de la transparence et de la comparabilité des données financières et non financières pour les investisseurs et les entreprises, notamment à travers la mise en place d’un point d’accès européen unique (European Single Access Point) ;
  2. Soutenir l’engagement des investisseurs de détail dans les marchés de capitaux en insistant au niveau européen l’importance de rendre l’information plus accessible aux citoyens, afin de renforcer la confiance dans ce mode de financement, mais aussi pour conduire une transformation de l’épargne en investissement durable, une véritable union de financement s’appuyant sur les citoyens. Il paraît également impérieux de faciliter l’engagement des investisseurs institutionnels dans les marchés de capitaux, notamment via la réforme de Solvabilité II pour le secteur de l’assurance, et de MIFiD II pour le secteur bancaire. Enfin, faciliter l’accès des entreprises en quête de capitaux, d’autant plus fondamental pour renforcer leurs fonds propres dans la période post-Covid, notamment via la simplification des règles d’entrée en bourse pour les PME, aujourd’hui financièrement et administrativement trop lourds.
  3. Faire converger progressivement la supervision financière européenne, en renforçant le rôle des autorités européennes de surveillance, notamment de l’ESMA, afin d’assurer une application cohérente des règlementations financières au sein du marché unique.

Enfin, Michel Derdevet, Président de Confrontations Europe a indiqué : « La nécessité d’un soutien politique au plus haut niveau est la condition essentielle qui permettra à une véritable Union des marchés de capitaux de voir le jour. »