Expériences de plateformes coopératives

Confrontations Europe

Expériences de plateformes coopératives

1D LAB

Trois majors de la musique possèdent 75% de la matière générant de la valeur, le reste étant constitué de très petites entreprises, ce qui fait peser un risque sur la diversité culturelle. 1D LAB, société coopérative d’intérêt général (SCIC) créée en 2010, a inventé un nouveau partage plus équitable et pérenne de la valeur. Elle a conceptualisé un modèle économique innovant appelé Contribution Créative Territoriale, à travers lequel elle vend un abonnement à des utilisateurs (pour la plupart institutionnels : bibliothèques, écoles, comités d’entreprise…) et répartit ensuite la rémunération entre les ayantdroits : le collège des créateurs (part fixe + part variable), un fonds d’épargne solidaire destiné à soutenir la création, et divers frais de fonctionnement et d’investissement (principalement recherche et développement). Son fer de lance, la plateforme de streaming 1D Touch, propose un catalogue de musiques et de jeux vidéos qui sera prochainement complété par des livres et des BD numériques. Laboratoire d’expérimentations et bureau d’études, ID Lab a mis au point un guide culturel alternatif, Divercities, afin de réencaster l’offre culturelle dans les territoires.
 

FRANCE BARTER

FRANCE BARTER, coopérative SCIC née en 2014 dans la région lyonnaise, est une plateforme numérique qui permet à un ensemble de TPE et de PME sociétaires de troquer des biens et des services en nature via une monnaie interne appelée le barter. Ce système, assez répandu outre-Atlantique, permet à un réseau de petites entreprises de stimuler leurs échanges mutuels et de mettre à profit leurs actifs sous-utilisés (des salles, des collaborateurs, des invendus) sans recourir pour autant à des flux de trésorerie. Une version B2B de l’économie collaborative encore méconnue mais qui pourrait gagner à se développer dans le tissu économique européen. Sur un droit d’entrée annuel de 235€, 100€ sont investis dans des parts de la coopérative. La plateforme prélève 5% de commission sur les transactions effectuées. Elle est née suite à la volonté de deux acteurs majeurs sur le marché de l’échange inter-entreprises de regrouper leurs réseaux respectifs.
 

ENSPIRAL

ENSPIRAL est un collectif d’auto-entrepreneurs fondé en Nouvelle-Zélande en 2010 par un groupe de développeurs informatiques pour apporter des solutions à des problèmes sociaux et environnementaux. Enspiral abrite désormais environ 250 freelances et une quinzaine de projets collaboratifs co-gérés par ses membres, parmi lesquelles un média national, une agence de développement d’applications et un espace de coworking. Pour ce faire, l’organisation utilise des outils de concertation et de prise de décision à distance comme Loomio, logiciel créé par des développeurs d’Enspiral, qui permet de constituer une communauté, de tester le niveau d’engagement, d’adhésion à telle ou telle proposition, afin de lancer des actions collectives. Sans remplacer le dialogue réel, il le complète en permettant un dialogue asynchrone bien utile quand il s’agit de communiquer entre fuseaux horaires. Les activités de la communauté Enspiral fonctionnent grâce à un système de crowdfunding interne, CoBudget, par lequel les membres réinjectent une partie de leurs bénéfices personnels et décident collectivement des projets qu’ils souhaitent financer.