Emmanuel Macron sans hésitation

Confrontations Europe

Confrontations Europe, association non partisane engagée dans la construction d’une Europe faisant vivre les valeurs de solidarité, de paix, de démocratie, appelle à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle le 7 mai prochain.

Parce que notre  pays a besoin de responsables politiques qui prennent en compte l’interdépendance des peuples et des citoyens pour relever les défis économiques, sociaux, environnementaux, géopolitiques…et qui  font de l’Europe un moyen d’assurer notre souveraineté dans un monde bousculé par une mutation inédite.

Parce que le repli national, la sortie de l’Europe couterait très cher et d’abord aux plus modestes. Parce que notre décision nationale décidera aussi du futur de l’Europe et que nous devons assumer cette responsabilité collective. Nous sommes critiques sur ce qu’est l’Europe, mais nous avons, nous Français, notre part de responsabilité dans cette situation.

L’appel à voter pour Emmanuel Macron n’entame pas les exigences et la vigilance de Confrontations Europe vis-à-vis des institutions et de ceux qui auront à assumer les plus hautes responsabilités politiques. Nous attendons qu’ils prennent à bras le corps l’indispensable chantier de la refondation de l’Union européenne. Ce chantier doit associer les citoyens pour formaliser les réponses aux questions « que voulons-nous faire ensemble, comment voulons nous décider de notre destin commun de citoyens français et européens ».  Les politiques européennes doivent être une plus-value aux solutions nationales, prenant ainsi en compte les multiples fractures qu’il faut impérativement réduire ; ce que confirme le premier tour des présidentielles. Le fossé entre l’Europe et les citoyens n’a fait que croître depuis le référendum sur le traité de Maastricht. Réconcilier les citoyens avec le projet européen est  une exigence économique, sociale, démocratique, culturelle …et  Confrontations Europe attend qu’elle soit au cœur des préoccupations du prochain chef de l’État.