Le rôle de l’ESMA, autorité européenne de supervision des marchés financiers

Chargement de la carte…

Date / Heure
mardi 12 janvier
10 h 00 - 12 h 30

Emplacement
Représentation permanente du Parlement européen à Paris
288, boulevard St-Germain
Paris


Confrontations Europe a organisé un séminaire européen du groupe « Financement de l’économie », portant sur:

Le rôle de l’ESMA, autorité européenne de supervision des marchés financiers, dans la mise en place d’une Union des marchés de capitaux

 

Avec

Fabrice Demarigny, président de l’ECMI, European Capital Markets Institute, ancien secrétaire général de CESR, Committee of European Securities Regulators , aujourd’hui ESMA

Guillaume Eliet, secrétaire général adjoint,  directeur de la régulation et des affaires internationales, AMF (Autorité des marchés financiers)

Laurent  Lascols, directeur Affaires publiques, Société générale

Patrick Starkman, ESMA, European Securities and Markets Securities

 

Avec la participation de Philippe Herzog, président fondateur de Confrontations Europe

 

La mission clef des trois Autorités européennes de supervision est d’assurer la convergence. Depuis leur création, ABE, EIOPA, ESMA  ont été des game changers.

Il  semble difficile de répliquer pour les marchés financiers la démarche suivie dans le cadre de l’Union bancaire avec le transfert de la supervision prudentielle des principaux établissements de crédit au niveau de la BCE avec le mécanisme de supervision unique : les tâches sont trop nombreuses. Ce d’autant que la législation  nécessaire est déjà en place. Il n’empêche, recueillir les fruits d’une plus grande intégration financière sans créer des risques pour la stabilité financière demande des ajustements au niveau macro-prudentiel dans le secteur non bancaire. Car certains problèmes restent courants dans le cadre actuel, comme notamment le manque de transparence et de comparabilité de l’information financière et non financière des émetteurs, les délits d’initiés, ou prennent de plus en plus d’importance, comme le « shadow banking » qui recouvre les activités de financement d’acteurs non bancaires.